Noyps & Veter


Noyps

Biographie / Philippe Lacoste, alias Noyps, est né en 1978 à Marseille. Il se passionne très jeune pour le dessin mais c’est à l’adolescence, en 1991, alors que la première vague de graffitis sur Marseille s’achève, qu’il franchit le pas et se met à concevoir ses premières fresques sous le pseudonyme ESPYON, au contact des crews TZR, 3PC et des RAF. Après un parcours scolaire atypique, il obtient un bac Arts Appliqués puis un BTS en Design Produits. En 2004 qu’il décide de s’inscrire à la Maison des Artistes en tant que peintre en fresques. Il commence alors à concevoir des visuels sur des événements sportifs tels que le Bowl Riders (Championnat du monde de skateboard). Parallèlement il crée des logos pour des entreprises ou associations, réalise des toiles, des illustrations, et poursuit la création de fresques pour des professionnels ou des particuliers.

Sa fresque pour Les Murs de la L2 / La proximité du cimetière Saint-Pierre était propice à la création de cette œuvre abordant le thème de notre déliquescence et de celle des choses qui nous entourent. La fresque s’organise autour d’un gorille aux couleurs saturées. Espèce en danger, proche de l’humain tant sur le plan génétique que dans son comportement, il est l’élément symbolique fort de cette œuvre. Sa peau déchirée fait apparaitre ses os et suggère une disparition progressive de l’animal. Son attitude simiesque contraste avec son action typiquement humaine, renforçant l’effet miroir avec l’observateur. Les outils de l’artiste (pinceau, stylo, règle…), qui disparaissant normalement une fois l’œuvre accomplie, sont ici des éléments de fond. Ils rappellent que la création joue un rôle dans notre mémoire collective et dans la prise de conscience de la fragilité de notre monde.

 

027

 

Veter

Biographie / Sébastien Martinez, alias Veter ou Marti El Rey, est né à Marseille en 1978. Il grandit à La Rose, dans les quartiers nord. C’est là qu’il griffonne ses premiers graffitis à l’âge de 12 ans. Passionné de hip hop, Marti découvre le graff dans les clips de rap américain qu’il regarde à la fin des années 1980, mais c’est sous l’influence de Tricky et Seal, deux « grands » du quartier, qu’il va franchir le pas et prendre sa première bombe de peinture en main. Pendant dix ans il pratique cet art de façon illicite, dans la rue, le métro, sur les terrains vagues… Quand beaucoup de graffeurs se contentent de faire des lettrages, Veter se fait vite remarquer pour ses personnages et ses décors. Passionné par l’art religieux mexicain, il s’inspire souvent de cet univers pour ses créations. Dans ses œuvres ou ses tatouages, il utilise aussi le style « chicano lettering » des latinos de Californie.

Sa fresque pour Les Murs de la L2 / « J’ai donné pour titre à cette œuvre « La Catrina ». Comme on est tout près du cimetière Saint-Pierre, j’ai voulu que cette fresque ait un rapport avec la mort. Mais je voulais évoquer la mort sans que ce soit choquant, morbide ou simplement triste. C’est pourquoi je me suis inspiré du « Dia de Los Muertos », qui est la fête des morts mexicaine. L’événement célèbre les morts, mais il a véritablement un caractère festif. Pour rendre hommage à leurs défunts, les gens dansent, chantent, et défilent en musique dans les rues et les cimetières. A cette occasion les jeunes mexicaines deviennent des « Calavera Catrina » : elles arborent un maquillage figurant un crâne, et une allure élégante, parfois sexy, avec toujours des roses d’Inde orange ou jaune. J’ai également intégré à la fresque des « tattoo flash », inspirés de mon expérience  de tatoueur. »

 

026

 

026

 

Chantiers éducatifs / Mai 2016 et février 2017

En mai 2016, Planète Emergences et la Société de la Rocade L2 se sont associées à l’Addap 13 pour réaliser une fresque sur la façade de la Maison des familles et des associations (MFA) de Font-Vert. Pendant une semaine, cinq jeunes suivis par l’Addap 13, et issus des quartiers Busserine et Flamants-Iris ont travaillé pour permettre la réalisation de cette œuvre. Ils ont débroussaillé et nettoyé les abords du bâtiment de la MFA, puis ont repeint sa façade en vert. Ils ont ensuite assisté les artistes marseillais Noyps et Veter, venus y peindre d’énormes roses rouges. Elles servent aujourd’hui de décor pour les photos des familles qui viennent fêter un mariage à la MFA. Ce chantier éducatif a ravi les jeunes peintres comme les artistes.

Un deuxième chantier éducatif a eu lieu en février 2017 au même endroit, afin de repeindre la façade principale du bâtiment. Cinq autres jeunes, issus de la Busserine, des Flamants, du Mail et de Font-Vert, et encadrés par deux peintres qui ont travaillé sur la L2 et des éducateurs, y ont participé. Ils ont à leur tour débroussaillé et peint le « fond » de la façade avant l’intervention des artistes Noyps et Veter les deux derniers jours du chantier. Le chantier a été une réussite pour les jeunes peintres comme pour les artistes. Les couleurs vives qui décorent désormais la façade de la MFA font le bonheur de ses usagers, et permettent de repérer le bâtiment de loin !

 

DSC02081

MFA - Photo Groupe - Fin

Enregistrer

Enregistrer